Всего на сайте:
282 тыс. 988 статей

Главная | Литература

XXXVIII  Просмотрен 30

UN FANTÔME

 

 

I

LES TÉNÈBRES

 

Dans les caveaux d'insondable tristesse

Où le destin m'a déjà relégué;

Où jamais n'entre un rayon rose et gai;

Où seul, avec la nuit, maussade hôtesse,

 

Je suis comme un peintre qu'un Dieu moqueur

Condamne à peindre, hélas! Sur les ténèbres;

Où, cuisinier aux appétits funèbres,

Je fais bouillir et je mange mon cœur,

 

Par instants brille, et s'allonge, et s'étale

Un spectre fait de grâce et de splendeur.

À sa rêveuse allure orientale,

 

Quand il atteint sa totale grandeur,

Je reconnais ma belle visiteuse:

C'est elle! Noire et pourtant lumineuse.

 

 

II

LE PARFUM

 

Lecteur, as-tu quelquefois respiré

Avec ivresse et lente gourmandise

Ce grain d'encens qui remplit une église,

Ou d'un sachet le musc invétéré?

 

Charme profond, magique, dont nous grise

Dans le présent le passé restauré!

Ainsi l'amant sur un corps adoré

Du souvenir cueille la fleur exquise.

 

De ses cheveux élastiques et lourds,

Vivant sachet, encensoir de l'alcôve,

Une senteur montait, sauvage et fauve,

 

Et des habits, mousseline ou velours,

Tout imprégnés de sa jeunesse pure,

Se dégageait un parfum de fourrure.

 

 

III

Предыдущая статья:LE BALCON Следующая статья:LE CADRE
page speed (0.0157 sec, direct)